Billet

blog-post-featured-image

Les COMMUNS (5)- Le numérique ou l’extension du domaine des communs

Le numérique ou l’extension du domaine des communs sera divisé en trois parties. Nous voyons aujourd’hui la première.

I - D’abord expérimenté pour la gestion des biens matériels, l’avènement du numérique provoque un nouveau “mouvement des communs”.

 

Né d’initiatives universitaires et d’emblée placé sous un régime collaboratif distinct de la propriété privée, Internet est lui-même un bien commun et un socle fondamental sur lequel des communs numériques peuvent se déployer. (…) Internet permet à tout un chacun de créer et de faire circuler à un coût très faible des biens immatériels : messages, articles, vidéos, photos, musique, code source, etc. Ceux-ci deviennent des biens communs lorsqu’ils sont volontairement placés sous un régime qui permet une régulation ouverte des usages. C’est le rôle des licences que chaque individu ou collectif peut librement utiliser pour déclarer les usages autorisés des ressources immatérielles qu’il crée ou modifie.

 

Les licences libres

 

Quand en 1989 Richard Stallman crée la première Licence publique générale GNU, il prend le contrepied du copyright qui interdit par défaut toute réutilisation.

La règle de la licence publique générale GNU implique en effet de partager les améliorations apportées à un logiciel, c’est-à-dire à remettre dans le “pot commun” ce qui y a été puisé. Cette innovation juridique majeure permet le développement de communs qui sont ouverts, même si les compétences des développeurs des logiciels peuvent être commercialisées. L’objet d’une transaction n’est donc plus le bien lui-même, mais les compétences qui en permettent l’amélioration dans un espace intermédiaire entre le marchand et le non-marchand, au service de la ressource “logiciel libre”. Quand en 2001 Lawrence Lessig crée les licences Creative Commons pour les “contenus”, au-delà des logiciels, il propose une clause de partage à l’identique qui s’appuie sur la même idée. Selon cette clause, si un contenu est modifié, celui qui crée un nouveau contenu doit obligatoirement rendre modifiable selon ces mêmes conditions ce qui a été créé. Là encore, les usages commerciaux sont possibles à condition de maintenir la possibilité d’une réappropriation par d’autres de la ressource initiale. On estime aujourd’hui que plus de 400 millions d’oeuvres sont placées sous le régime des Creative Commons.

https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2018/02/21/communs-savoir-invitent-bibliotheque, https://www.les-communs-dabord.org/ailleurs-sur-la-toile/, https://balises.bpi.fr/a-lorigine-des-biens-communs-1, https://fr.slideshare.net/Biblioveilleur/biens-communs-et-bibliothque)

Écrit par Claude MISAT

Description du blog

Informer et garder le contact avec le personnel de la bibliothèque mais aussi avec tous les professionnels de Martinique et d'ailleurs.